INFOS

Grenelle des violences conjugales 3.9.19

 
 
Grenelle des violences conjugales 3.9.19

121 : c’est le nombre de femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2018. Afin d’intensifier la lutte contre ce fléau qui ne faiblit pas, Marlène Schiappa organise, ce jour, 3-9-19, un Grenelle des violences conjugales à Matignon.

Cette date, choisie pour faire écho au 3919, sera le début d’une longue série de rencontres qui se termineront le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Dans le département de l'Hérault, plusieurs rendez-vous ont rythmé cette journée :

Dans la matinée une réunion du Comité Local d'Aide aux Victimes (CLAV) s'est tenue en préfecture co-présidé par le préfet de l'Hérault, jacques Witkowski, et le procureur de la République, Fabrice Belargent.

A l'ordre du jour du CLAV du 3.9.19 --> la lutte contre les violences conjugales dans le département de l'Hérault :

  • L’hébergement d’urgence et la prise en charge des victimes
  • État des lieux, et dispositifs mis en place sur le territoire
  • Témoignages des intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie (ISCG)
  • Intervention du milieu associatif et des 9 réseaux de lutte contre les violences faites aux femmes: CIDFF, VIA VOLTAIRE, la commission de lutte contre les violences conjugales de Béziers méditerranée (CABM)
kzB2DCW_.jpg small
mAuuk46n.jpg small

 

Le préfet s'est ensuite rendu au commissariat de Sète-Frontignan pour une visite et des échanges avec le personnel recueillant les plaintes de femmes victimes de violences en présence du maire de Sète. Dans l'Hérault, l'année dernière, ce sont plus de 2500 faits de violences conjugales qui ont été recensés.

Il a procédé, aux cotés de la représentante du président du conseil départemental, à l'installation de la nouvelle intervenante sociale au commissariat de Sète/Frontignan.

Les ISCG font partie des priorités confirmé dans le 5° plan de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux femmes 2017/2019. Ils sont à l'interface de l'action sociale, judiciaire et policière, ils interviennent comme des urgentistes de l'action sociale. Ils accueillent, écoutent, accompagnent et orientent des personnes confrontées à des difficultés.

Aujourd'hui, 5 poste d'ISCG sont répartis sur tout le département de l'Hérault. Un conventionnement dit de dernière génération a été passé entre le président du conseil départemental et le préfet de l'Hérault, le 27 novembre 2018, permettant notamment de pérenniser le financement des postes pour les 3 prochaines années. La préfecture via le Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation s'engageant à financer 20 000 euros par poste, le reste étant financé par le département.

0IAOnvJz.jpg small
ZrnQieHQ.jpg small

Pour terminer, une rencontre avec les associations, actrices de terrain, dont le rôle est essentiel dans l'aide et l'accompagnement des femmes victimes de violences, a eu lieu à la Caisse d'Allocations Familiales de Sète.

iijxxfnr.jpg small

Retrouvez toutes les informations sur https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/