Les produits cosmétiques « éclaircissants »

 
 
Ces produits contiennent souvent des substances dont l'incorporation dans les produits cosmétiques est interdite en raison des risques qu'elles présentent. Il s'agit essentiellement de glucocorticoïdes, du mercure et de l'hydroquinone.

Volontiers utilisées par la communauté afro-antillaise, ces crèmes sont largement importées de pays tiers tels que l'Inde et la Cote d'Ivoire, mais aussi introduites depuis d'autres pays européens.

Ces produits contiennent souvent des substances dont l'incorporation dans les produits cosmétiques est interdite en raison des risques qu'elles présentent. Il s'agit essentiellement de glucocorticoïdes, du mercure et de l'hydroquinone.

Une enquête sur les produits cosmétiques destinés à éclaircir la peau a été menée en janvier 2015 par les services de la DDPP de l'Hérault.

Les 7 premiers prélèvements analysés au cours de notre enquête de 2015, ont révélé la présence de substances interdites dans 6 produits cosmétiques dont :

  •  4 crèmes éclaircissantes contenaient du propionate de clobétasol
    (substance active uniquement destinée aux prescriptions médicales)
  • 1 crème de beauté contenait de l'hydroquinone
    (substance active uniquement destinée aux prescriptions médicales)
  • 1 savon à l'huile de carotte contenait du Sudan I
    (colorant également interdit dans les denrées alimentaires en raison de ses pouvoirs mutagène et cancérigène).

 Des saisies de ces produits reconnus non conformes et dangereux ont été opérées et des procès-verbaux transmis à l'autorité judiciaire.

 Les dossiers concernant ces produits éclaircissants pour la peau ont également été transmis, via la DGCCRF aux autres Etats de l'Union Européenne membres du réseau RAPEX*.

 La DDPP de l'Hérault met en garde les acheteurs potentiels sur les risques inhérents à l'usage de ce type de produits et réaffirme sa vigilance sur les circuits de commercialisation.

 

*Le réseau RAPEX (RAPid EXchange) permet un échange rapide d'informations en matière de sécurité des produits non alimentaires entre les autorités chargées de la surveillance du marché de chacun des Etats-membres de l'Union européenne.