Plan départemental d'action pour le logement et l’hébergement des personnes défavorisées (PDALHPD)

 
 

L’Hérault est un département attractif qui connaît un accroissement constant de sa population supérieur à la moyenne nationale. Malgré le développement de l’offre de logement, il ne parvient cependant pas à satisfaire les besoins de tous les ménages.

Le 5éme Plan Départemental d’Action pour le Logement des Personnes Défavorisées de l’Hérault (PDALPD 2011-2016) est arrivé à échéance après avoir été prorogé d’une année pour mettre en place les conditions de son évaluation ainsi que celles de l’élaboration du nouveau Plan Départemental d’Action pour le Logement et l’Hébergement des Personnes Défavorisées (PDALHPD) introduit par la Loi ALUR.

Le PDALHPD doit en effet inclure des mesures complémentaires et territorialisées destinées à répondre aux besoins en hébergement des personnes ou familles relevant du dispositif d’accueil, d’hébergement et d’accompagnement vers l’insertion et le logement ainsi qu’aux besoins des personnes ou familles prises en charge par les établissements ou services relevant du schéma d’organisation sociale et médico-sociale.

A partir d'un diagnostic partagé des besoins avec l’ensemble des acteurs concernés, l’État et le Conseil départemental de l’Hérault, copilotes du PDALHPD, ont voulu se doter d'une vision stratégique qui tienne compte des dynamiques territoriales et de la nécessité de mettre sur le marché des logements ou des hébergements qui soient à la fois adaptés et accessibles aux populations qui en sont exclues.

Pour y parvenir, le PDALHPD de l’Hérault (2017-2022) est entré en vigueur avec un programme resserré de 9 actions articulées autour des quatre axes suivants :

  • Axe 1 : Faciliter l’accès ou le maintien dans le logement des publics du plan
  • Axe 2 : Faciliter l’accès des ménages les plus fragiles à l’offre d’hébergement et aux structures correspondant à leurs besoins
  • Axe 3 : Améliorer l’observation sociale et la connaissance des publics prioritaires
  • Axe 4 : Améliorer l’accompagnement et la coordination des acteurs

Des points d’étape réguliers permettent d’en suivre l’opérationnalité et de réajuster les réponses institutionnelles avec le concours des services de l’Etat, du Conseil départemental ainsi que des professionnels de la société civile.