Restauration : Tout savoir sur la mention « fait maison »

 
 
Fait maison

La mention "fait maison" a un double objectif : mieux informer les consommateurs et valoriser le travail des restaurateurs et leur savoir-faire. Facile à identifier grâce à un logo aisément reproductible à la main, la mention permet de mettre en valeur les plats élaborés sur place à partir de produits bruts.

La mention "fait maison" permet au consommateur d'identifier les restaurants traditionnels ainsi que les traiteurs qui proposent des plats cuisinés entièrement sur place à partir de produits bruts.

Depuis le 15 juillet 2014, les professionnels doivent rappeler l’existence de la règle en affichant de manière visible « Les plats "faits maison" sont élaborés sur place à partir de produits bruts » et placer le logo prévu ou la mention "fait maison" de manière visible sur tous supports (menu, cartes, sites Internet…) pour tous les plats cuisinés. Cette mention s'applique à chaque plat et non à toute une carte.

 Le « fait maison » identifie les plats élaborés par le cuisinier et valorise ainsi son métier. Pour le consommateur, le « fait maison » permet de distinguer la cuisine d’assemblage élaborée à partir de préparations industrielles, de la cuisine confectionnée à partir de produits bruts comme on le fait traditionnellement dans une cuisine.

Qu’est-ce qu’un plat « fait maison » ?

C’est un plat élaboré et cuisiné par le restaurateur lui-même à la différence d'un plat préparé en usine et simplement réchauffé.

Cependant, un restaurateur peut indiquer qu'un plat est "fait maison" même s'il a utilisé certains ingrédients préparés ailleurs.

Sont concernés :

- les légumes déjà épluchés et découpés. Mais les produits à base de pomme de terre (frites, purée) doivent avoir été entièrement préparés par le restaurateur pour être qualifiés de "faits maison" . Les frites surgelées ou la purée en sachet ne peuvent donc pas porter cette mention,

- la viande hachée ou désossée,

- la viande ou le poisson découpé,

- les produits surgelés ou sous vide sans autre préparation,

- les charcuteries sauf les terrines et les pâtés.

- les pâtes,

- les concentrés,

- les abats blanchis,

- la pâte feuilletée crue,

- la choucroute crue,

- les sauces à condition d'en informer par écrit la clientèle.

Pour laisser le temps aux professionnels de s’approprier le dispositif et de renouveler leurs cartes, les contrôles de la DGCCRF sur cet aspect du « fait maison » seront pédagogiques et ne seront pas susceptibles de sanctions dans un délai de 6 mois à compter de la date d’entrée en vigueur du décret.

Tous les établissements doivent être en règle au 1er janvier 2015.

Retrouvez toutes les informations et tous les outils nécessaires à la mise en œuvre du « fait maison » :