PREVENTION DE LA RADICALISATION

 
 

Comme les autres pays européens, la France est confrontée à une menace grave, liée au basculement de plusieurs centaines de personnes dans l’engagement radical violent. Pour répondre à ce phénomène, le Gouvernement a arrêté un premier plan de lutte contre la radicalisation violente et les filières terroristes présenté par le ministre de l’intérieur en Conseil des ministres le 23 avril 2014. Ce plan qui vise à démanteler ces filières, à empêcher les déplacements générateurs de menaces, à coopérer plus efficacement au plan international contient un volet préventif et d’accompagnement des familles confié au SG-CIPDR. Sa mise en œuvre repose sur un dispositif spécifique de suivi et de prévention de la radicalisation. Un numéro d’assistance et d’orientation a été mis en place et des cellules de suivi dédiées dans chaque préfecture de département pilotées par les préfets sont chargées d’assurer un suivi individualisé des personnes et des familles.

Le 9 mai 2016, dans le cadre d’un comité interministériel du 9 mai 2016 présidé par le Premier Ministre, le Gouvernement a adopté un nouveau plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme (PART) qui se substitue au précédent et comporte 80 mesures dont 50 nouvelles.

FINANCEMENT DES ACTIONS DE PREVENTION DE LA RADICALISATION

Au niveau local, un appel à projet a été lancé par la préfecture de l'Hérault. vous trouverez ci dessous le fichier et les modalités de candidature à cet appel à projet

> appel à projet spécifique prévention de la radicalisation : date limite de dépôt le 15 décembre 2016 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,35 Mb