Appel à projet MILDECA 2022 du 7 février au 15 mars

 

> appel à projet 2022 MILDECA - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,16 Mb

FORMULER UNE DEMANDE DE SUBVENTION MILDECA 2022

Construite et mise en œuvre dans le cadre d’un partenariat resserré avec l’ensemble des acteurs institutionnels, la stratégie régionale s’articule autour de sept axes de travail prioritaires :

  1. Renforcer les connaissances, la coordination et l’évaluation dans le champ des addictions
  2. Informer, former et communiquer pour éclairer
  3. Protéger et prévenir les conduites addictives chez les jeunes
  4. Prévenir et réduire les risques en milieu festif
  5. Renforcer les actions en direction des publics vulnérables
  6. Réduire l’exposition aux produits
  7. Poursuivre le développement de la prise en charge des personnes en situation d’addiction, notamment en ambulatoire

Champs d'actions pouvant être couverts par une demande de subvention

  • la prévention des conduites addictives auprès des jeunes en milieu scolaire au travers du renforcement des compétences psychosociales et l’aide à la parentalité
  • la prévention des consommations excessives et la réduction des risques en direction du public étudiant, notamment dans le cadre des fêtes étudiantes et processus d’intégration
  • l’accompagnement de la vie nocturne festive, ainsi que le développement d’une gestion collective des risques sanitaires et des troubles à l’ordre public associés, tant en milieu rural (fêtes votives ou milieux festifs alternatifs type free party) qu’en milieu urbain
  • l’accompagnement des publics fragiles, incluant les profils délinquants ou avec des niveaux élevés de consommations, sous main de justice, présentant un risque de récidive ou de basculement dans les trafics ; public en situation de précarité (mineurs isolés, en errance, etc.)
  • la formation des professionnels des champs éducatif, sportif, sanitaire et social pour le repérage précoce, l’accompagnement et l’orientation des consommateurs afin de prévenir le développement de conduites addictives et réduire les risques et dommages. À ce titre, les partenariats entre ces professionnels de première ligne et ceux constituant un recours devront être formalisés.