Lancement Appel à projet FIPD radicalisation 2021 du 13 janvier au 26 février 2021

 

L'appel à projet est ouvert du 13 janvier au 26 février. Vous pouvez télécharger l'appel à projet ci-dessous

> Appel à projets FIPD 2021 Programme RADICALISATION - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,11 Mb

FORMULER UNE DEMANDE DE SUBVENTION FIPD RADICALISATION 2021

Le présent appel à projet ne concerne que la prévention de la radicalisation programme R.

Toute les demandes se font exclusivement de manière dématérialisée par le biais de démarches simplifiées.
Aucun dossier envoyé par mail ou papier ne sera accepté.

Toutes les demandes se font exclusivement de manière dématérialisée par le biais de démarches simplifiées.
Aucun dossier envoyé par mail ou papier ne sera accepté.
Si vous rencontrez des difficultés pour remplir la demande en ligne, vous pouvez nous écrire à l'adresse mail :
pref-fipd-mildeca@herault.gouv.fr
Si les problèmes concernent la connexion au site ou pour récupérer vos identifiants, vous devez contacter démarches simplifiées.

Concernant l’appel à projet radicalisation (programme R du FIPD), les actions financées doivent permettre :

  • de poursuivre la mise en œuvre des 5 axes du Plan national de prévention de la radicalisation « Prévenir pour protéger » (PNPR) de février 2018 :
  1. Prémunir les esprits face à la radicalisation
  2. Compléter le maillage détection / prévention
  3. Comprendre et anticiper l’évolution de la radicalisation
  4. Professionnaliser les acteurs locaux et évaluer les pratiques
  5. Adapter le désengagement
  • de déployer les quatre axes complémentaires déterminés en avril 2019 par le Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (CIPDR) :
  1. Intensifier le travail de prévention et de désengagement en milieu pénitentiaire
  2. Intégrer la prévention de la radicalisation dans la prévention de la délinquance
  3. Intégrer la prévention de la radicalisation dans la prévention de la pauvreté
  4. Intégrer la prévention de la radicalisation dans le service national universel