L'Etat acteur dans le département

Montpellier - Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions

 
 
Montpellier - Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions

Lundi 10 mai 2021, Elisa Basso, directrice de cabinet du préfet de l’Hérault, a présidé la cérémonie commémorative au jardin de l’Hôtelde ville à Montpellier aux côtés des élus, des autorités civiles et militaires de l'Hérault.

Comme chaque année depuis 2006, cette date marque la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. 

IMG20210510100402
Resized-20210510-100351
Resized-20210510-100426
Resized-20210510-102641

Retrouvez ci-dessous le discours prononcé par Mme la directrice de cabinet

Cérémonie officielle pour la journée nationale des mémoires

de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions

Lundi 10 mai 2021

 

•   M. le Maire de Montpellier,

•   Mesdames et Messieurs les Députés,

•   Mesdames et Messieurs les Élus,

•   M. le commandant de groupement et M. le DDSP,

•   Mesdames et Messieurs les représentants des associations,

•   Mesdames et Messieurs,

 

•   Plus de 150 ans après l’abolition de l’esclavage par Victor Schoelcher a été votée, le 10 mai 2001, à l’initiative de Mme Christiane TAUBIRA, la loi qui reconnaît les traites et l’esclavage comme crime contre l’humanité.

 

•   Vingt ans sont passés. C’est peu à l’échelle des abominations perpétrées pendant plusieurs siècles. Les commémorations du Mois des Mémoires continuent de rendre hommage aux millions de victimes. Leur souvenir est maintenu éveillé par les artistes, poètes, écrivains de métropole, d’Afrique, des Caraïbes, d’Amérique et de l’Océan Indien qui ont pris le relais d’Aimé Césaire, de Léopold Sédar Senghor et de Léon-Gontran Damas.

 

•   Ces vingt ans nous ont également fait entrer la mémoire de l’esclavage dans notre histoire : les programmes scolaires et de recherche en histoire et en sciences humaines accordent désormais aux traites et à l’esclavage la place conséquente qu’ils méritent.

 

Je voudrais également remercier les élèves qui, chaque année, participent au concours « La flamme de l’égalité ». Leurs travaux contribuent à éclairer le passé pour mieux comprendre le présent. Le combat contre l’asservissement, sous toutes ses

•   formes, est plus que jamais d’actualité.

 

•   La République s’engage dans tous ces combats pour défendre nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

 

•   Je vous remercie.