L'Etat acteur dans le département

Exercice de sécurité civile - mardi 28 novembre 2017

 
 
 Exercice de sécurité civile 28 novembre 2017

Contexte de l’exercice

Suite aux nombreux attentats commis en France et à l’étranger ces dernières années, la réalisation d’exercices de sécurité, réguliers et réalistes, sont devenus une nécessité pour renforcer l’efficacité des dispositifs opérationnels et faire face ainsi, en toutes circonstances, aux différents types d’actions terroristes menaçant notre pays.

En cas d’attaque terroriste, le facteur temps est devenu l’élément essentiel pour limiter le nombre de victimes. Les forces d’intervention doivent pouvoir faire face avec leurs propres moyens, à tous types d’attaques terroristes et disposer à cet effet d’un haut niveau de préparation et de coordination pour intervenir.

C’est le sens du schéma national d’intervention portant dispositif d’intervention d’urgence face à une attaque terroriste majeure présentée par le ministre de l’Intérieur en avril 2016, ainsi que la doctrine opérationnelle du 6 juin 2016 qui précise les modalités d’intervention des sapeurs-pompiers en cas de tuerie de masse pour la prise en compte des blessures par armes de guerre.

 La déclinaison départementale de prise en charge des victimes d’actes de terrorisme, annexé au dispositif ORSEC départemental a été validé le 6 octobre 2017 par le préfet de l’Hérault.

 

 Lieu des opérations

L’exercice s'est déroulé dans l’enceinte de la future gare TGV de Montpellier Sud de France située au sud-est de Montpellier dans le futur quartier Cambacérès, sur la ligne ferroviaire de Contournement Nîmes Montpellier (CNM).

 La gare ouvrira ses portes aux voyageurs en juillet 2018.

Les objectifs

L’exercice a eu pour intention de simuler une confrontation armée avec prise d’otage dans l’enceinte de la future gare TGV Montpellier Sud de France. Il répond à une demande nationale de préparer les services à la thématique de la gestion des attentats dont la menace est toujours très présente en France.

Au cours de cet exercice ont été joués les premières phases du dispositif départemental « tuerie de masse » récemment validé, jusqu’au début des enquêtes judiciaires sous l’autorité du procureur de la République.

Le préfet a pris la Direction des Opérations. Un Centre Opérationnel Départemental (COD) a été ouvert en préfecture, c'est un outil de gestion de crise qui est activé quand un événement majeur a lieu dans le département. Un Poste de Commandement Opérationnel des autorités s'est tenu au Lycée Mendès France proche de la gare, c'est une cellule près du lieu d'action mais en dehors de la zone à risque, chargée de coordonner les différents acteurs agissant sur le terrain.

Les objectifs principaux étaient de tester :

  - la réponse opérationnelle des services sur le terrain sur un scénario évolutif impliquant un nombre important de victimes

  - la coordination inter-service

  - la mise en œuvre des procédures d’extraction et d’évacuation d’urgence

 Une mobilisation forte

  • Environ 340 intervenants
  • + de 200 volontaires simulant les personnes présentes dans la gare (agents SNCF, élèves infirmiers, aides-soignants de l'IFSI, élèves en bac professionnel
  • Forces de l’ordre : Police nationale (BAC, BRI, RAID), Gendarmerie (PSIG, Sabre de Castelnau-le-Lez) Police municipale de Montpellier 
  • Services de secours : Sdis 34 (Service Départemental d'Incendie et de Secours), Samu, CUMP (Cellule d'Urgence Médico-psychologique), Croix Rouge et ambulances privées
  • Hôpital de Montpellier
  • Autorités judiciaires
  • Éducation nationale
  • Services de l’état (Agence Régionale de Santé, Direction Départementale des Territoires et de la Mer)
  • SNCF et la SUGE (surveillance générale)
  • Société ICADE

Déroulé théorique et scénario

L’exercice a débuté en début d’après-midi et s’est achevé une fois la dernière victime prise en charge par les secours.

Le scénario prévoyait l’action de plusieurs terroristes qui se sont déplacés dans les différentes parties de la gare, de nombreuses victimes étaient réparties en plusieurs points.

Les joueurs n’avaient pas le détail du scénario.

DSC_0243
DSC_0250
DSC_0258
DSC_0354
DSC_0423
DSC_0400
DSC_0370