L'Etat acteur dans le département

Hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie Maroc

 
 
Hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie  Maroc

Ce jeudi 19 mars s’est tenue la 59e journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la Guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. Ce conflit, qui s’est déroulé de 1954 à 1962, opposait les nationalistes algériens à la France et causa de nombreuses victimes.

Elisa Basso, directrice de cabinet du préfet de l’Hérault, Emmanuelle Darmon, sous-préfète, secrétaire générale adjointe, Pierre Castoldi, sous-préfet de Béziers et Jean-François Moniotte, sous-préfet de Lodève, ont présidé les cérémonies à l’occasion de la journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.

Les cérémonies se sont déroulées à Montpellier, Sète, Béziers et Lodève aux côtés des élus, des autorités civiles et militaires de l’Hérault.

IMG-7059
IMG-7057
IMG_02891
IMG_20210319_113824_resized_20210319_122243601
castoldi
IMG_02901

Retrouvez ci-dessous le discours qui a été prononcé à la demande de Mme Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la mémoire et des anciens combattants.

> Message du 19 mars 2021-1 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb

Un peu d’histoire :

Le 19 mars 1962, le cessez-le-feu entre la France et le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne entre en vigueur. 

Accueilli avec soulagement par la grande majorité de la population française, il met officiellement fin aux « opérations militaires et à la lutte armée sur l’ensemble du territoire algérien ». Pour des centaines de milliers d’appelés, c’est la perspective d’un retour rapide dans leurs foyers et la fin des combats. La cessation des opérations ne marque pour autant pas la fin des violences, dont souffrent les Français d’Algérie de toutes origines restés fidèles à la France, notamment pieds noirs et harkis. Attentats, exactions et assassinats, qu’ils soient ou non le fait du camp indépendantiste, font encore en 1962 des milliers de victimes.

Par la loi du 6 décembre 2012, le 19 mars a été institué « Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc ».